C’est Show, Chaud à l’Albatrail

C’est à chaque fois la même chose, on se demande pourquoi le réveil sonne à 6H30 un dimanche matin, voici la réponse : pour le bonheur, il faut se lever de bonne heure. C’est jour de trail, le bonheur pointe en direction des Monts d’Alban. Vous savez que cette année, le mois de février comptera un jour de plus, je soupçonne ce farceur d’avoir piqué ce jour supplémentaire au mois de juin. Même si au petit matin, la température était fraîche, en témoigne la légère gelée blanche sur le terrain de rugby, le soleil était généreux et franc et on sentait que la journée serait belle et chaude. En avril ne te découvre pas d’un fil, en février fais ce qu’il te plait, voilà le nouveau proverbe que nous aurions pu mettre en exergue. Nous sommes une quinzaine d’athlètes réparti(e)s sur les trois distances proposées. Le départ s’effectue cette année du stade et nous partons explorer de nouveaux chemins à l’opposé de la vallée du Tarn. Rassurez-vous, il y aura bien du dénivelé, des ruisseaux, des paysages magnifiques, de la boue (pas trop), des ruisseaux (raisonnables), des bénévoles (souriant(es) et efficaces), nous sommes bien à Alban. Ce sont les vedettes du 34,5 km et 1600 m de D+ qui s’élancent les premier(e)s, Arnaud prend une belle 14ème place, mais c’est Christelle qui réalise l’exploit de monter sur la 3ème marche du podium, à peine le temps de récupérer et elle doit vite rentrer à Albi pour accompagner sa fille au carnaval, et dire que certain(e)s s’ennuient le dimanche ! Karine, en grande forme, prend la quatrième place, tout à tenu : les jambes, le sourire, les paillettes sur les paupières. Nino, son premier supporteur, venu en vélo avec l’ami Romain, était sur la ligne d’arrivée pour la féliciter. Dans la foulée, il lui annonçait qu’il l’accompagnerait sur le semi de Blagnac la semaine prochaine, chez les Ferret on maintient le cap et on ne s’arrête jamais ! Julien accompagne Hélène jusque qu’à la ligne, Anne accompagne Patrick presque jusqu’à l’arrivée, mais finalement l’abandonne pour mieux le retrouver ensuite. Sur le 14,5 km 550 m de D+, nous sommes six engagé(e)s, pas d’exploit personnel, mais tout le monde s’éclate sur ce nouveau parcours. Marie-Pierre, néo mamie, doit penser à sa petite choupette dans les moments où ça pique un peu, elle évite ainsi le Mamie Blues. Je présente mes excuses aux organisateurs, pour les deux arbres que j’ai fracassés dans ma chute au neuvième kilomètre et je remercie Laurent et Benoit qui m’ont aidé à me relever. Sur le 8,5 km 330 m de D+ nos représentantes ont brillé sous le soleil et Malika (la fille de Fouzia) monte sur la deuxième marche du podium. Évidemment, après une bonne douche, nous nous retrouvons autour du bar pour partager un joli moment de convivialité avec les marcheuses et les marcheurs qui nous ont rejoints sur le balcon ensoleillé qui domine le terrain de rugby. Voilà pourquoi, il faut se lever tôt, les petits bonheurs ça se méritent. Il est maintenant l’heure de se diriger vers le repas, cette année ce sera garbure à volonté, le chef en a préparé 450 litres selon les organisateurs (300 litres selon la police). C’est délicieux et revigorant, Maxi-Alu arrive en tête du concours du plus gros consommateur, suivi d’assez près par Pascal, en fait ils conservent la place acquise sur le trail. Merci à l’Acla pour cette organisation parfaite, mention particulière à Karine, Sylvie et Patrick nos ami(e)s de l’Ecla qui faisaient partie de la longue cohorte des bénévoles, sans elles et sans eux rien de tout cela ne serait possible.

No Replies to "C'est Show, Chaud à l'Albatrail"


    Got something to say?

    Some html is OK