Le Bonheur des Unes fait le Bonheur des Autres

L’après-midi de samedi laissait présager une météo clémente pour le Decat’night, hélas la pluie a fait son apparition dès 19H pour ne plus cesser de la soirée. Cet hiver est très humide, à se demander s’il s’agit d’une petite saison de grandes pluies ou une grande saison de petites pluies. C’est quand le soleil ? Mais il en aurait fallu bien davantage pour décourager celles et ceux qui étaient inscrit(e)s sur une des trois distances proposées. Caroline et Christelle sur le 26 km, amputé de 3 km suite au débalisage imbécile d’un sauvage à moins que ce ne soit suite au débalisage sauvage d’un imbécile, préfèrent en sourire et cela leur va bien. Les chemins étaient boueux, la gadoue bien présente, les pierres un peu glissantes, le château d’eau bien haut perché sur sa colline, mais tout le  monde est arrivé à bon port. Angélique en a profité pour faire son retour à la compétition , Émilie pour participer à son premier trail et Daniel a pu tester sa vision de nuit suite à son opération réussie de la cataracte. Des francs sourires et de la bonne humeur comme d’habitude autour de la tente du ravito, parfaitement achalandée. Merci aux organisateurs bénévoles venus épauler les employés de Décathlon parmi lesquels Marjorie tenait son poste au ravitaillement du 12 km. Dimanche matin, la pluie avait cessé, comme si le seigneur de la météo accordait une grâce aux organisateurs du premier trail de l’Embuscade, les plus fins observateurs ont parfois même pu apercevoir un rayon de soleil à travers les nuages. Avant même que la course soit lancée, Annick se distinguait, en effet, en tant que première inscrite de cette première édition elle s’est vue attribuer le dossard numéro 1. A vie, elle gardera le privilège d’avoir porté le N°1 de cette première édition, cela lui a donc valu de monter sur le podium sous les vivas de ses nombreux supporteurs en folie pour recevoir son trophée. Le chiffre 1 sera le thème de la journée puisque Sabine l’emporte sur le 26 km, pas vraiment une surprise lorsque l’on connaît ses qualités. Elle s’est d’ailleurs  imposé un handicap supplémentaire, en allongeant la distance de 1 km.  Ces adversaires n’auront pas su exploiter cet avantage et c’est largement détachée qu’elle passe sous l’arche d’arrivée. Maxi-Alu (2ème M2) et Eric font tous les deux une belle course, à l’arrivée le plus expérimenté gardera un léger avantage sur le plus jeune. J’ai oublié de vous  parler du parcours, magnifique : 95% de chemin, 50% de montée, 50% de descente, 0% de  plat, un sol glissant, des panoramas bucoliques, des lacs collinaires, des forêts centenaires, un mur d’arrivée redoutable. Une organisation parfaite, des bénévoles souriants et efficaces,  le centre aéré de la Courbe est vraiment le cadre de départ et d’arrivée  idéal pour une tel événement. Sur le 13 km, Anna effectuait son 1er (encore le N°1) trail, pour une première expérience elle n’a pas fait dans le facile, un dénivelé important, des appuis aléatoires, tout s’est bien passé, sauf peut-être du côté de ses soquettes blanches qui auront du mal à retrouver leur couleur originale. Annick (rappel : dossard N°1) réussit son pari de doubler : Décat’night et l’Embuscade, elle prouve également que l’on peut souffrir avec le sourire, pour savoir si l’on peut souffrir en silence, je pense qu’il faudra choisir un autre support pour l’étude. Pascale et Eric tournent la page des  petits maux de l’hiver et franchissent main dans la main la ligne d’arrivée. Pascal termine premier de l’Ecla, court dans les montées et skie dans les descentes rapport à la taille de ses pieds, personne n’est capable à ce jour de dire si c’est un handicap ou un avantage. Il aura fallu attendre l’heure du repas pour découvrir un plat (rappelez vous, ça monte ou ça descend) avec une succulente poule au pot accompagnée de son farci et d’un bol de bouillon. En ces circonstances, boire le bouillon n’est pas une mauvaise nouvelle, ça réchauffe le corps . Notre expérience nous a d’ailleurs permis de conserver un certain équilibre (dans un premier temps sur le circuit pour rester en position verticale) puis pendant l’après course, la bière (il fallait souvent changer son verre de main pour ne pas attraper l’onglé) pour le frais, le bouillon pour le chaud. Les organisateurs étaient un peu inquiets pour cette inauguration, cela se sentait, nous pouvons les rassurer et les remercier, tout a été parfait, de l’organisation du parking au service du café après le repas, nous reviendrons et en nombre, c’est certain. Bravo et Merci. Mention particulière à Sandrine qui était bénévole sur le ravitaillement à Puybegon et qui la veille avait fait un « petit » 24 km à Bruniquel avec un « léger » dénivelé positif de 1300 m. A Caussade, Fouzia participe à la médaille d’argent de notre équipe féminine de cross court, cette équipe est qualifiée pour les demi-finales du championnat de France qui se tiendront à Alès. Fouzia effectue les 4100 m en 17’06’’ et aura le bonheur de monter sur le podium avec Alexa (Internationale), Eva, Julie (championne nationale du 800 m à Albi  en 2014) qui sont des athlètes phares de notre club. Bravo à toutes les quatre.

No Replies to "Le Bonheur des Unes fait le Bonheur des Autres"


    Got something to say?

    Some html is OK