Entre les Gouttes à St-Juéry, dans la Neige à St-Lary

Lorsqu’il y avait du soleil, il ne faisait pas mauvais, mais lorsqu’il se cachait et qu’il tombait des gouttes, il était préférable de courir. Ça tombait plutôt bien puisque c’est précisément pour courir que nous nous étions donnés rendez-vous sur la place des Écoles de St-Juéry. Sabine et Eric étaient les plus matinaux, puisque les concurrent(e)s du 30 km s’élançaient à 8H30 pour affronter les reliefs de la vallée du Tarn, avec un dénivelé positif de 1000 m. L’avenir appartient bel et bien à celles et à ceux qui se lèvent tôt puisqu’Eric termine 8ème de sa catégorie. Il ouvre la route à Sabine qui s’impose en féminine et repart à la maison avec une magnifique enclume, je suis pressé de voir comment elle va réussir à intégrer cet objet à la décoration de son salon. Un grand bravo à elle pour cette extraordinaire performance, elle aura bientôt inscrit son nom au palmarès de tous les trails de la région. Heureusement il y a de nouvelles courses chaque année, ce qui devrait lui permettre de trouver une source perpétuelle de motivation. La majorité, plus sage, avait opté pour le 14,5 km et encore une fois nous sommes toutes et tous arrivés à bon port, les trois Jean(s) signent les meilleures performances, Valérie termine troisième de sa catégorie. Karine se plaint du froid : un comble quand on connait son attachement à Alban, Caroline trouve qu’elle est partie un peu vite (vois le bon côté des choses : ça permet quand même d’arriver plus tôt), l’exercice plait de plus en plus à Anna qui va bientôt courir tous les dimanches. Perso, j’ai fait un petit tour dans le décor suite à une perte de contrôle dans une descente et je comprends mieux désormais l’expression « Ne pas avoir le cul sorti des ronces ».  En l’occurrence, ce sont mes genoux qui se sont trouvés en première ligne de cet intermède épineux. Pour une seconde, je perds le sprint avec Eric, Julien en forme est déjà à la bière lorsque nous coupons la ligne. Sur la distance la plus courte, réservée aux féminines, nos représentantes ont été particulièrement brillantes. Pascale l’emporte dans sa catégorie,  Marie Françoise distance un peu Marie-Paule qui bien sûr ne lui en veut pas. Il faut dire que Marie-Paule devait en garder un peu sous la pédale pour remonter la côte de Cunac et rentrer  à son domicile. Annick était contente, comme toujours, mais un peu plus quand même que d’habitude car sa hanche lui a foutu une paix royale, l’ombre de la prothèse s’estompe et son moral qui était déjà haut atteint désormais des records. Agnès, troisième de sa catégorie, fait preuve d’une belle polyvalence car ce week-end elle devait  composer avec le resto, les apéros et le flamenco. Merci à Serge Carrière et à son équipe de bénévoles, du café matinal jusqu’au verre de bière offert à l’arrivée, tout était parfait. Pendant ce temps, Karine, Nino, Renaud et Romain étaient du côté de St-Lary pour un trail de 20 km avec 1400 m de D+, le tout dans le froid et la neige. Bon, ils sont un peu fêlés, mais c’est une partie de leur charme et c’est aussi pour cela qu’on les aime. Lorsqu’ils seront décongelés, et qu’ils pourront parler, je vous livrerai leurs impressions. Vous dire quand même qu’ils ont mis entre 3H30 et 3H50 pour effectuer cette petite balade au milieu des sommets enneigés sous le regard admiratif des ours (qui se sont réveillés de leur hibernation pour assister au spectacle) et des autres habituels résidents  de la contrée.

No Replies to "Entre les Gouttes à St-Juéry, dans la Neige à St-Lary"


    Got something to say?

    Some html is OK